Quatre ans après son dernier album, Curtis Harding sort If Words Were Flowers. Le chanteur distribue ses fleurs et sa musique, et il fait naitre des bourgeons de bonheur.

Ecouter l’album

La musique de Curtis Harding

Curtis Harding commence la musique dans les années 2000, grâce à sa mère qui chantait du gospel à l’église. Mais c’est sa grande sœur qui l’initie à la musique profane, et particulièrement au rap vu qu’elle était elle-même rappeuse amatrice. Au début il voulait devenir sportif professionnel, au final il envisage une carrière dans la musique, mais il hésite, rappeur, ou chanteur ? Au final pourquoi faire un choix, Curtis fait les deux, et même bien plus encore. Il dit que sa musique c’est de la « slop’n’soul », un mélange de blues, gospel, R&B, et de rock, mais en vrai on retrouve aussi des allures de hip-hop, de funk, et de musique psychédélique. Curtis est tout simplement, un amoureux de la musique.

Pour se mettre dans l’ambiance, voici une première composition florale à base de R&B et de funk, le morceau Can’t Hide It, un clip bien rétro, avec Curtis Harding qui chante dans une émission de télé, qui est présenté par Anthony Mackie, l’acteur qui joue le faucon dans les films Marvel.

Un bouquet garni

If Words Were Flowers, c’est le troisième album de Curtis Harding, il a sorti le premier en 2014, et le second en 2017, tout en rejoignant le label Anti-. Sa mère lui disait souvent « Offre-moi des fleurs tant que je suis là », c’est de là que lui est venu le nom de l’album, mais Curtis c’est un musicien, alors il montre son amour avec de la musique, et avec des mots. Dans If Words Were Flowers chaque morceau apporte sa pierre à l’édifice, sa fleur au bouquet.

En parcourant cet album, on commence avec le morceau éponyme, un gospel plein d’espoir qui fait plaisir à entendre, on passe par le titre With You avec la chanteuse Sasami, on arrive sur Where is The Love, chanté comme un hymne, on tombe sur le morceau So Low, qui fait débat, entre ceux qui aiment ou pas le vocodeur. Si vous n’aimez pas, il faut blâmer Sam Cohen. Sam Cohen l’homme de l’ombre, qui le supervise depuis ses premiers albums. C’est lui qui l’a poussé à tester de nouvelles choses. Mais dans tout ça, je ne vous ai pas encore parlé du titre Hopeful. Un incroyable morceau, avec un clip qui permet de mieux comprendre le contexte. C’est en fait une réaction et un soutien à la mort de George Floyd et au mouvement Black Lives Matter.

Si les deux titres vous ont plu, allez jeter un œil aux autres morceaux de l’album !