L’artiste de Douarnenez, El Maout, a sorti son 2ème EP, Shaygesi Ha, avec un yaourt encore plus assumé que sur l’ancien projet, et des inspirations sorties directement de son tour du monde en voilier.

Écouter l’album

Jamais de texte

Le musicien vient de Douarnenez, il a commencé en apprenant la batterie, et il est finalement tombé amoureux du looper, quand il a découvert cette machine. Un looper ça permet d’enregistrer un son, et de le mettre en boucle, avec toute sortes d’effets. Cette machine est au cœur de la musique d’El Maout, qu’il qualifie d’électro buccal. Électro par ses inspirations, et buccal dans la réalisation. Et oui, El Maout fait pratiquement tous les instruments à la bouche, ou avec des objets de récup. En terme de chant, les paroles sont uniquement du yaourt et de l’improvisation, en live il fait même chanter le public. L’avantage, c’est qu’il ne peut pas oublier les paroles. Il a jamais trop aimé les textes donc le yaourt c’était parfait pour lui. Avant, il essayait de trouver de vrais titres à ses chansons, avec cet EP il assume le yaourt et rien n’a de sens, jusqu’aux titres des chansons. Même quand il a fait du théâtre, pendant deux ans en Norvège, il s’est débrouillé pour pas avoir de texte. Il a rejoint une troupe qui fait ce qu’il appelle du théâtre physique, c’est-à-dire que ce n’est pas basé sur les dialogues mais plutôt sur la performance visuelle.

Un citoyen du monde

El Maout c’est un nom qu’il a emprunté a un de ses personnages de théâtre. Après la Norvège où il a été comédien, chanteur, acrobate et jongleur, il a monté une troupe de théâtre de rue avec ses potes. C’est là qu’il incarnait Helmut, un garagiste allemand, un « mécano déglingo dégueulasse », pour reprendre ses termes. Du prénom Helmut il l’a remixé avec le mot breton « Ar Maout » qui veut dire le bélier, et ça donne El Maout. Cette troupe entre amis, elle part d’un rêve commun, le rêve de voyager et de jouer dans la rue. Du coup ils achètent un voilier, en Grèce, ils vont le retaper, et il part en voyage pour 2 ans et demi avec sa troupe, la Zirk Mir. Ils se produisent dans les rues de Grèce, d’Italie, d’Espagne, au Maroc, en Gambie, au Cap-Vert, ils traversent même l’Atlantique et vont en Guadeloupe et à Haïti. En écoutant l’histoire d’El Maout, on a l’impression que les frontières n’existent pas. Il a toujours été imprégné de la culture du monde. En Norvège, sa troupe de théâtre était située juste au-dessus d’un centre de réfugié, avec des turcs, des kurdes. Petit, il a vécu un mois avec sa mère entre le Burkina et le Niger. Tout ce mélange culturel et cette ouverture sur le monde peut se retrouver dans sa musique, parce que chanter dans aucune langue ça permet de presque chanter dans toutes les langues. Avant de sortir l’EP, il avait huit ou neuf titres en réserve, mais ils étaient trop différents pour les sortir sous le même projet. Il y en avait quatre assez dansants, et le reste plus froid. Il a donc sorti les quatre premiers avec cet EP, et un prochain projet est à venir, pour l’été 2022, avec les morceaux restant dans le disque dur d’El Maout.